# confinement #blog #auteur

France Maïs



Ils n´avaient rien d´autre que leur terre, leurs animaux et leur force de travail. Rien que ça. Ils se levaient le matin, décidaient de travailler et d´être heureux. Le reste, ils ne pouvaient pas et ne voulaient pas se le permettre. Faire tout simplement correctement ce qu´il y a faire. Ni plus ni moins.


Dans ce récit, Magali Hack rappelle à sa mémoire le souvenir de ses grands-parents, agriculteurs céréaliers et fermiers éleveurs en Bourgogne.


Cette ruralité, cette vie de labeur, cette existence qui pourrait sembler simple à certains, elle la défend, la revendique : cette vie, leur vie, c´est la vie de toute une génération de femmes et d´hommes du XXe siècle ayant vécu en province.


A l´heure du Covid-19 et du confinement, à une période où l´on assiste à un retour à la nature et aux choses essentielles, Magali Hack nous renvoie à nos racines et rend hommage à une France longtemps un peu oubliée, voire méprisée, celle qui travaille la terre pour nous nourrir.

Présentation du livre et du projet

Présentation du projet de soutien aux soignants

#ProtegeTonSoignant

Trailer du livre

                                              Soutenons les soignants en lisant !


Le livre est disponible  en eBook (format PDF) pour le prix de 8,50 euros sur le site suivant : 

Prochains apéros lecture :

Lundi 20 avril


21h

à la maison / Zuhause / Home sweet home   


Lundi 27 avril


21h

à la maison / Zuhause / Home sweet home


                 

        INSCRIPTION VIA MESSAGE, WHATSAPP OU FACEBOOK


Extrait

"Pépé Robert porte une casquette John Deere et une salopette bleue. Ça fait longtemps qu´il est chauve. Le brillant de son crâne, enfant, me fascine. Là aussi, il me laisse faire.Grand et plutôt costaud. Plus une armoire à glace qu´un beau gaillard. Rien à voir avec le stéréotype du petit paysan chétif véhiculé par certaines images d´Épinal ou la figure jouée par  Louis de Funès dans La Soupe aux choux.


Pépé Robert passe beaucoup de temps dans son atelier. Sur l´établi, les outils collants de cambouis. Les bidons d´essence vides recyclés en récipients. La grosse enclume devant l´entrée. Je n´ai encore aucune notion en mythologie mais, notre Vulcain, il est là. Cette grosse enclume, nous l´enfourchons comme un cheval de manège. Notre carrousel à nous.


Sur les éléments en formica de la cuisine, le dernier numéro de La France agricole. Nous le dévorons comme nous dévorons Télé 7 jours. A part l´annuaire, il n´y a pas d´autres lectures, ici. Mémé Hélène a enfin réapprovisionné la bonbonnière. Des bonbons Krema, des fraises Tagada et des pastilles Vichy. Très vite, toutes les petites fraises disparaissent.


Le souper est prêt. Potage et tranche de jambon. Le poste est allumé. Questions pour un champion en attendant le JT. Les assiettes creuses avec le rebord fleuri. Les perles translucides de tapioca qui flottent au milieu. Les morceaux de pain que l´on trempe. Un yaourt nature avec un peu de sucre. Elle est bonne ta soupe, Mémé."


Les médias en parlent...